Sforzando dans la presse

Bayerischer Rundfunk - Janvier 2013

Regensburger Streichquartett gewinnt Wettbewerb

Der europäische Kammermusikwettbewerb "Sforzando" richtet sich an Studenten, die zwar hervorragend musizieren, aber nicht Musik studieren. Bislang fand er Paris statt. Am Wochenende wurde er zum ersten Mal in München ausgetragen.

2005 wurde der Kammermusikwettbewerb "Sforzando" in Frankreich ins Leben gerufen. Teilnehmen können Studierende, die jedoch nicht professionell Musik betreiben. Viele von ihnen waren bereits bei Wettbewerben wie "Jugend musiziert" erfolgreich. Durch "Sforzando" soll auch der Austausch zwischen musizierenden Studenten verschiedener Disziplinen und Länder gefördert werden. Dazu gehört natürlich auch eine große Musizierfreude.

"Es muss sehr viel Leidenschaft vorhanden sein, sonst würden sie nicht teilnehmen."

Raphaël Merlin, Juror

Ensembles aus Deutschland und Frankreich

Bewerben konnten sich Kammermusikensembles zwischen zwei und acht Instrumenten. In diesem Jahr haben Ensembles aus Deutschland und Frankreich am Wettbewerb teilgenommen.

Preisträger

1. Platz: Streichquartett der Universität Regensburg
2. Platz: Trio Montsouris
3. Platz: Duo Hohes C
Publikumspreis: Streichquartett der Universität Regensburg
Sonderpreis der Mannheimer Versicherung: Streichquartett der Universität Regensburg

Den Gewinnern winken Festivalteilnahmen und Konzerte auf internationalem Niveau. Daneben gibt es zahlreiche Sachpreise für alle Teilnehmer.

Internationale Jury

Die Jury wird jedes Jahr neu zusammengesetzt und besteht aus international renommierten Profis. Im ersten Jahr konnten etwa die Brüder Capuçon gewonnen werden. Auch Paul Meyer oder Raphael Pidoux waren bereits dabei. In diesem Jahr, wo der Wettbewerb erstmals in Deutschland stattfand, bestand die Jury aus Mathieu Herzog (Viola) und Raphaël Merlin (Violoncello) vom Streichquartett Quatuor Ebène, Maximilian Hornung, dem Solo-Cellisten vom Symphonieorchester des Bayerischen Rundfunks, sowie der Pianistin Linde Dietl und dem Klarinettisten Bin-Wei Jiang.

 

Journal des Grandes Ecoles - Septembre 2008

Sforzando, le pari de la musique de chambre en Grandes Ecoles

Depuis 5 ans, le Concours Sforzando contribue à mettre au grand jour les talents cachés des étudiants qui, dans les Grandes Ecoles et dans les Universités, parviennent à concilier au plus haut niveau leurs études et leur pratique musicale. Retour sur les débuts et la philosophie du concours, et petit aperçu de l’édition 2009…

Enfin une occasion de s’exprimer pour les musiciens chambristes !
Bien sûr, c’est une passion plutôt discrète, un peu confidentielle même : lorsqu’il s’agit de Grandes Ecoles, la presse se fait plus volontiers l’écho de leurs soirées arrosées que de la qualité de leurs musiciens chambristes… Et pourtant…
L’intérêt des étudiants des Grandes Ecoles pour la musique classique n’est pas nouveau et ne se dément pas ; en témoigne par exemple, à Paris, l’audience des Chœurs et Orchestres des Grandes Ecoles, qui ont fêté l’an dernier leur quart de siècle. La qualité exceptionnelle de certains étudiants musiciens est d’ailleurs mise à l’honneur à l’occasion de concours solistes tels que le Concours de Piano de l’Ecole polytechnique. Mais jusqu’à une époque récente, force était de le constater : il n’existait rien pour la musique de chambre. Aucune manifestation publique, aucun concours. Bien regrettable pour cette musique si envoûtante pour le public, qui savoure le dialogue intime des instruments, et si excitante pour les interprètes, confrontés au défi de l’excellence individuelle alliée à une cohésion et une complicité parfaites…
C’est pour combler ce manque que le Concours Sforzando a été créé en 2004, et s’est perpétué jusqu’à aujourd’hui avec succès.

Avant tout, un moment de plaisir partagé pour les candidats et le public
L’esprit du Concours Sforzando, en tant que concours amateur, donc sans enjeu majeur pour les étudiants candidats, est d’abord d’être un “anti-concours” : s’il y a bien un palmarès – c’est ce qui fait le sel du concours – le résultat est certainement moins important que le plaisir que les candidats prennent à préparer et à interpréter leurs oeuvres.
Œuvres qu’ils ont choisies, car la liberté du programme est également un élément essentiel : chaque groupe propose ce qui lui plaît, et c’est de ce fait avec d’autant plus d’enthousiasme qu’il ravit le public venu l’entendre, pour le premier tour et surtout pour la finale, conçue comme un concert public d’une heure et demi suivi d’un cocktail.

L’organisation pratique du concours en quelques mots
Le Concours Sforzando a lieu en deux étapes : un premier tour à l’issue duquel sont retenues les trois meilleures formations, puis une finale au cours de laquelle chaque groupe interprète une œuvre de son choix dans son intégralité. Pour ces deux épreuves, le jury est composé de personnalités du monde musical, musiciens professionnels et “amateurs éclairés” renommés. C’est là l’une des forces du Concours Sforzando: concilier une ambiance chaleureuse et détendue et un jury de très haut niveau, à même de conseiller les candidats du mieux possible à l’issue des épreuves. Cette année, le jury comptera par exemple dans ses rangs Michel Dalberto, Marina Chiche ou encore Christopher Bayton.
Les formations lauréates se voient remettre – en sus des cadeaux communs à tous les candidats – des invitations à se produire dans de grands festivals (Folle Journée de Nantes, Festival des Arcs…) et à suivre des master-classes avec des musiciens renommés tels que Renaud Capuçon.

Rendez-vous en avril pour les épreuves de l’édition 2009 de Sforzando !
Les épreuves du Concours Sforzando sont publiques ; nous vous invitons donc chaleureusement à venir y assister : le premier tour aura lieu le samedi 4 avril 2009 à l’Ecole des Mines de Paris (entrée libre dans la limite des places disponibles). La finale aura quant à elle lieu le samedi 11 avril 2009 dans les Salons de la Présidence du Sénat ; les réservations seront ouvertes prochainement via le site Internet www.sforzando.fr.
Venez nombreux pour ce festif événement musical !